Luis Artigue (León, 1974) est licencié en philologie hispanique –a élargi ses études à l’Université de Toronto (Canada)-.
Débuté dans le roman par EL VIAJERO SE HA IDO, COMO ES LÓGICO [LE VOYAGEUR EST PARTI, COMME DE JUSTE] (Linteo, 2003) où il a recréé le monde de la bohême du Paris des folles années 20. “Un roman brillant qui conduit habilement le lecteur dans un monde rempli de suggestions” (José María Merino). “Personnellement en terminant de lire ce roman j’ai eu envie de le relire et c’est ce qu’on peut dire de mieux de n’importe quelle lecture” (Carmen Gómez Ojea). “À commencer par le titre, dans ces pages abondent les phrases pourvues d’ une vocation de citation littéraire” (Juan Pedro Aparicio). “Une histoire racontée avec originalité, élégance et une fine main littéraire… Un auteur qu’il faut suivre” (Luis Mateo Díez).
Son oeuvre poétique, pour laquelle il a gagné le Prix Esquío et le Prix Oeil Critique de la Radio Nationale d’Espagne, est réunie dans le volume EMPEZAR POR NÚMERO TRES [COMMENCER PAR LE NUMÉRO TROIS]: Poésie 1995-2005, et le recueil EL HOMBRE DE CRISTAL Y OTROS POEMAS [L’HOMME DE CRISTAL ET AUTRES POÈMES].
Il a obtenu le Prix Joven de Narrativa Funadación UCM avec son deuxième roman LAS PERLAS DEL LOCO VENTURA [LES PERLES DU FOU VENTURA] (Edaf, 2007): “Oeuvre imaginative habilement racontée” (Ricardo Senabre, El Cultural). “Un auteur en possession d’une rare maturité littéraire” (Juan Ángel Juristo, ABC). “Une agréable surprise” (Marcos Giralt Torrente, El País). “Luis Artigue se révèle un romancier très original” (Nicolás Mañambres, Diario de León).
Il vient de publier son troisième roman LA MUJER DE NADIE [LA FEMME DE PERSONNE] (Linteo, 2008), une histoire sur le donjuanisme féminin dans le Mexique surréaliste.